22/07/2008

Tour de Liège - Cat. 2.12 - Du 17 au 21 juillet

Un Tour de folie, des conditions dantesques dans la dernière étape, nous étions "à côté de nos pompes" lors de la 1ere étape, contrôlent sanguains pour quelques wallons mais rien pour les autres, j'en ai bien chi... mais je me sentais de mieux en mieux au fil des jours...

Première étape entre Blegny et Blegny. Quelques 178 coureurs au départ. Pas mal de nuages et du vent en suffisance ! Départ à bloc... le peloton est en file et sans qu'on y comprenne grand chose, un groupe de 14 hommes s'en est allé ! Le peloton hésite, et nous aussi. En effet, personne du GroupeGobert à l'avant. Problème ! L'écart monte vite à 2' puis 3... puis 4 ! On tente de prendre les choses en mains en donnant le tempo. Malheureusement, aucune aide d'autres équipes ne viendra.La fin de course sera assez spéciale. Des groupes sortent, sont repris,... pour finir, une trentaine d'hommes sont resortis avec Thomas et Philippe. Après cette première étape où nous aurons complètement été à côté de notre sujet, on termine au peloton ... à 5' du vainqueur. Autant dire que le général est à oublier !

Deuxième étape à Remicourt. Des plaines et du vent ! Gros coup de bordure après une quarantaine de bornes. Me voilà dans la 3e des 4. A une dizaine de gars, on se vide les tripes pour rentrer au bout d'une vingtaine de kilomètres sur la seconde. J'ai, à ce moment là, déjà bien donné ! Aussitôt rentré, je me replace et avec l'équipe, on donne un gros coup d'accélérateur pour créer un nouveau coup de bordure. Le peloton explose et nous sommes une quinzaine à s'arracher pour faire la jonction avec le groupe de tête. Après une chasse de près de 30 bornes, on rentre. Mais à quel prix ! Je me suis vraiment mis à bloc et je n'ai guère su m'alimenter. Résultat, une vilaine crampe dans les ischios me fait lâcher prise ! Je temrinerai "à la ramasse" dans le peloton, à 9' du vainqueur !

La troisième étape à Marchin est assez difficile avec quelques ascentions dont celle du Mur de Huy. Le vent est encore omniprésent. Départ en trombe sur de toutes petites routes. Dès la première bosse, un groupe sort. Impossible de remonter le peloton, c'est rideau. Pour ma part, je ne suis pas du tout au top. J'ai les jambes complètement détruites de la veille. Je me contente de suivre. Au dessus du Mur de Huy, à 40 km de l'arrivée, le peloton explose. Je me retrouve dans un groupe assez loin. Je n'arrive pas à forcer. Résultat, je termine dans un groupe à 10' du vainqueur du jour, Gilles Devillers après un sacré numéro de sa part ! Chapeau bas.

Welkenraedt, première demi étape de la journée avec 88 km. On se dirige vers le signal de Botrange avec une longue ascention de 16 km. J'ai retrouvé mes sensations et me sens "facile" dans les bosses. Thomas Degand s'extrait avec 7 hommes. Je reste en ambuscade, bien content de ma forme. Ensuite, redescente vers Welkenraedt et un circuit local assez plat. Arrivée au sprint massif derrière les 8 hommes. Thomas se classe 8e après avoir tenté sa chance à la flamme rouge. Je termine tranquillement au peloton.

L'après-midi, contre-la-montre individuel de 9,6 km. Mis à part Oli Pardini qui est bien placé au général, on le fait "en-dedans", sans forcer afin de garder des forces pour la dernière étape.

Sixième et dernière étape à Seraing. L'étape reine avec 9 "GPM". Départ à bloc, tout le monde veut être devant. Je fais partie de ceux-là et tente plusieurs foisma chance. Il faut attendre le premier GPM, après 40 km pour que je place une "bandrille". Je me sens super bien dans cette longue bosse. Au sommet, je me dis que nous allons avoir un billet de sortie pour effectuer l'échappée. En me retournant, il n'en est rien, ce sont tous les favoris qui sont là et le peloton est explosé de toute part. Dans les GPM suivants, ce sont les Beveren qui impriment un tempo ... disons impressionnant ! Les kilomètres avant et jusque là, il ne fait pas très chaud, à peine 11°. Mais un autre élément va venir décanter la course. C'est en effet la drache nationale qui fait son appartition. Cette pluie va chambouler toute la course. Il y a des coureurs partout, c'est le chantier ! Pour ma part, je suis tétanisé par froid, les muscles ne répondent plus et je ne parviens plus à accrocher les groupes qui me rattrapent. Après 93 kmde course, je suis contraint de "bacher", en compagnie de Philippe Pratte.

Au final, seulement une quarantaine de coureurs feront l'intégralité de l'étape et donc du Tour. Jan Bakelands a encore survolé le tout. Chez les pros, ces prestations seraient suspectes... Bref...

Bilan mitigé pour le GroupeGobert.com. Nous avons été quelque peu "ailleurs" et à côté de notre sujet. Thomas et Cédric terminent malgré tout plus qu'honorablement. Le point positif? L'évolution de mon état de forme au fil des jours. La récupération était donc bonne. J'en conclu que nous sommes "recalés" et que notre examen de passage se déroulera au Tour de Namur dans 2 semaines.

11:03 Écrit par Nico dans Résultats | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : tour de liege |  Facebook |

Commentaires

Et qu'ont donné les contrôles sanguins ?

Écrit par : Cool | 22/07/2008

Ils n'ont rien donnés. Tout le monde était apte à rouler. D'après la FCWB, ces contrôles vont être renforcés d'ici les semaines avenir. Tant mieux !

Écrit par : Nico | 22/07/2008

dans qqs semaines ? ce sera trop tard, quel bande de couillons.....ils ont les jetons

Écrit par : Fabian | 23/07/2008

Il est évidemment moins aisé de dominer un tour sans votre "chaudière" de Gabrovski comme en 2007 :)

Écrit par : Viessman | 23/07/2008

Tssss, Gabro il faisait ce qu'il voulait, c'était son problème. Cette année, un mec en particulier et une équipe dominent de manière encore plus déconsertante. Auncune suspition pour eux??? Allé va voir ailleurs...

Écrit par : Nico | 23/07/2008

c'est trop facile de critiquer un coureur parce qu'il gagnent toutes les grandes courses.ce bakelant ne débarque pas de nul part.si tu regarde ses résultats depuis débutant,on ne peut pas dire que c'est un manchot !!!!!ce gars est plus fort et ça c'est dur à le dire pour un coureur comme toi.,d'avouer sa faiblesse par rapport à lui,meme si je ne juge pas ta carrière,qui est déjà pas mal.lol.de toute façon la génération actuelle n'est plus aussi forte qu'avant.bakelant est le dernier de la génération des Cornu,Meersman,Maes,VanAvermaet,Vantomme et plein d'autres qui sont passer professionnel et qui avaient beaucoup plus de talents que ceux de maintenant...à ceux bonne continuation et victoires aussi...

Écrit par : david | 23/07/2008

Les commentaires sont fermés.